Skip to content Skip to footer

Jean-Pierre

« Pourquoi devenir membre de cette nouvelle organisation ? Eh bien j’avais envie tout simplement envie de partager mon expérience au sein d’une organisation qui peut faire changer les choses et développer des actions de manière collective.
C’est la première fois que je participe à une telle organisation et que je peux aussi échanger avec d’autres personnes de tout bord. L’union fait la force, non ?!

Lucas

« Pourquoi devrais-je devenir membre d’une association à but non lucratif qui défend la vie privée et les droits fondamentaux ? Ne vivons-nous pas dans une démocratie ? Et il y a déjà suffisamment d’autres personnes qui s’en occupent professionnellement et avec beaucoup plus de compétences en la matière : le Parlement, la Ligue des droits de l’homme, l’autorité de protection des données, le Conseil d’Etat, … Je n’y comprends pas grand-chose de toute façon. D’ailleurs, j’ai d’autres chats à fouetter : je ne peux plus aller danser, mon dos me fait mal à cause de toutes les réunions digitales (il faut rester immobile devant la caméra), je ne peux plus sortir boire un verre avec des amis et je risque une amende si j’amène plus d’un de mes enfants chez mes parents. Jusqu’à ce que je me mette à penser que peut-être les choses sont liées les unes aux autres. Que les droits fondamentaux, la vie privée, l’Etat de droit, sont les fondements de la société dans laquelle je vis et que je voudrais continuer à vivre. Et en effet, j’ai peu de compréhension de la GDPR, et des textes juridiques. Il était donc encourageant pour moi de voir que des personnes professionnellement spécialisées en ces matières partagent les mêmes préoccupations et se posent autant de questions que moi sur certaines tendances actuelles. La démocratie est une donnée dynamique et je me rends compte qu’elle n’est aussi forte que parce que les citoyens qui en font partie sont éveillés et en mesure de la défendre.« 

HUBERT

« J’ai participé à la fondation de Charta21 parce que je tiens à notre démocratie et à nos libertés. La démocratie et le pluralisme ne sont pas seulement une exigence morale, mais également un gage de qualité des décisions politiques. La crise de la Covid et l’assaut sur les libertés fondamentales qui l’accompagne révèlent l’effritement de notre démocratie et de la qualité des décisions des pouvoirs publics. Restaurer nos droits fondamentaux, c’est défendre la démocratie et donc faire un pas concret vers des politiques publiques efficaces et de qualité.« 

Sophie

« C’est par le biais de ma profession de juriste spécialisée en protection des données que j’ai été amenée à échanger sur les mesures gouvernementales dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19 et que j’ai rencontré de nombreux citoyens que les limitations de nos droits et libertés fondamentaux que ces mesures contiennent inquiètent. L’urgence sanitaire ne saurait justifier des mesures liberticides qui ne passent pas le test de la légalité, de la nécessité et de la proportionnalité. L’Etat de droit et le débat démocratique qui l’encadre sont les balises nécessaires lorsqu’il s’agit de restreindre nos libertés et il me semble urgent d’œuvrer au rétablissement de ceux-ci par tous les moyens à notre disposition (communication, actions en justice, droits d’accès à ses données personnelles, etc.). C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de participer à la fondation de Charta21 et à l’action citoyenne qu’elle promeut.« 

Rejoignez-nous !

Et si le prochain témoignage était le vôtre ?
Best Choice for Creatives
This Pop-up Is Included in the Theme
Purchase Now